L'Archipel des Peuples Perdus

Forum RP Médiéval-Fantastique
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Sylphe] Diliah Leal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diliah Leal
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 17/09/2007


Race: Sylphe
Classe: Magicien
Métier: ...

MessageSujet: [Sylphe] Diliah Leal   Lun 17 Sep - 17:37

- Nom: Leal

- Prénom: Diliah

- Surnom: Joachim

- Âge: 100 ans

- Race: Sylphe

- Classe: Magicien

- Description physique: Comme tout les sylphes, Diliah possède la haute stature d'un elfe, ainsi que des oreille légèrement pointue qu'on peu souvent apercevoir entre deux mèches de cheveux. Cheveux qu'il possède argenté, tombant ,parfaitement lisse, sur ses épaules. Sa peau est pâle comme de la porcelaine et légèrement translucide, lui conférant l'aspect aérien caractéristique de sa race. Les années de détention ont voilés ses yeux clairs, dont la couleur oscille entre le gris de l'orage et le bleu du ciel de l'aube montagnarde, après le-dit orage. Sous visage à l'ovale fin tire sa noblesse d'un nez droit légèrement aquilin, associé à ses lèvres fines sans excès.

Avant sa capture, il ne se souciait guère de l'habillement, portant des vêtements légers qui ne l'empêchait pas de voler comme bon lui semblait, mais depuis cet évènement il porte une riche tunique de soie violet sombre, avec autour des bras des manchette de velours lacés, d'un violet presque noir, et une sorte de gilet étroitement ajusté sur le buste fait de la même matière. Le reste de la tunique descend en lourds plis jusqu'au sol, entravant ses mouvements. Depuis sa fuite, le bas de sa tenue est déchiré et sali par la boue et l'eau de mer. Tout au long de sa captivité, il a porté des chaînes, attaché autour de sa taille et s'enroulant autour de ses jambes, et des marques rougies sont encore visible par endroit. Il est la plupart du temps pied nu.

Étant présenté non pas comme un sylphe mais comme un démon, il subissait des privations qui visait à lui donner un aspect terrifiant, mais cela ne fonctionnait guère, même si son regard paraît hanté.

- Description des connaissances/capacités: Diliah maîtrise le vent, il peu donc voler et convoquer des tempêtes, même si son état actuel ne lui permet plus ce genre de prouesses.

- Pays/contrée d'origine: Loin au nord, parmi la glace du loin hiver et la douceur du trop court printemps.

-Caractère: Brisé par sa longue captivité, Diliah a frôlé la folie plus d'une fois. Il possède désormais une méfiance quasiment paranoïaque envers les humains, et ne supporte pas les gestes brusques, qui l'effrayent. Par contre, la vue d'un humain risque de le rendre très agressif. Il est comme un animal au abois, blessé aussi moralement de physiquement, très fragile.

Sa fuite était plus un mouvement purement instinctif, mais quelques mois de plus aurait fin i par le rendre complètement apathique, et ses crise de mélancolie risques de le reprendre à tout moment s'il ne lutte pas. Seulement, il se demande si cela sert de lutter... Il peut être cassant et cruel, pour préserver ce qui lui reste de dignité.

En vérité, Diliah possède désormais deux personnalités, même s'il en est inconscient. L'une d'entre elle possède le caractère doux du Sylphe et lutte pour s'en sortir malgré les souffrance, et l'autre, "Joachim" semble se complaire dans cette souffrance et se montre cruel, cynique et froid, sans la moindre volonté de rédemption.

- Histoire du personnage: Diliah a vécût très longtemps parmi les siens, ne touchant quasiment jamais terre, volant librement dans l'air piquant des contrées du nord. Les plaines parsemées d'arbustes robustes, les montages qui tutoyait le ciel, et surtout, la mer, l'étendue sans fin, moutonneuse et liquide, imprévisible et belle. Parfois, leur route croisait celle des hommes, mais les marins respectaient ces êtres qui faisaient souffler le vent pour eux, vers le poissons ou vers les maisons trop longtemps abandonnées. Seulement, tout les marins ne sont pas à l'abri de la tentation, et la confiance des sylphes était grande...

Un jour, l'un d'entre eux fut abordé par un homme for bien vêtu, qui lui paya bien des verres, avant de lui demander si, à tout hasard, il ne pourrait pas lui montrer l'un de ces être si singulier. Le marin fortement aviné et alléché par l'argent accepta, et le marché conclut au milieu des chopines vides. Lorsque l'homme bien habillé se présenta à nouveau, il était accompagné de deux autres hommes, beaucoup moins sympathiques, mais c'était trop tard, l'homme avait déjà payé, et beaucoup, tout en lui promettant le double pour la suite. Le bateau partit donc vers le large. Diliah connaissait le navire, et les matelots appréciait ce sylphe plus calme que ses congénères. Lui n'aillaient pas emmêler les cordages pour s'amuser... Le sylphe se dirigea vers le navire, sa venue annoncée par le vent qui augmenta doucement. En quelques instants, il était là, juste à côté du navire, vola de manière à être au même niveau que les marins. Hélas! Cette fois ci, ce n'était pas un marin qui l'attendait, mais les deux sbires, qui lui jetèrent sur le corps un épais filet, bloquant sa course.

Trop surpris pour réagir, Diliah fut halé sur le pont, et poussé sans ménagement dans une cage aux épais barreaux. Aussitôt, il se mit à déchaîner la tempête sur le bateau, décidé à s'enfuir. L'instigateur de sa capture s'accrocha alors au barreaux et hurlât au Sylphe écumant de rage qu'aucun vent ne pourrait détruire la cage, et qu'il coulerait avec au fond des abysses. Diliah s'approcha pour répliquer, mais l'autre utilisa alors une drogue qui le plongea dans un profond sommeil, faisait instantanément tomber la tempête. Lorsqu'il se réveilla, il l'avait enfermé dans une cage plus grande, dont deux parois étaient d'un verre des plus résistant.

Encore affaibli, Diliah resta prostré au sol. L'homme bien habillé, qui se nommait M. Logrein, était devant la prison, souriant avec avidité. C'était plus que ce qu'il espérait, cet être allait lui faire gagner des millions! Il frappa contre la vitre, contraignant Le sylphe à le regarder. D'une voix forte, logrein lui demanda son nom. Lentement, il fit non de la tête. A sa plus grande surprise, l'autre n'insista pas. "Très bien" lui dit-il, et le sylphe se souviens encore de ces paroles, au milieu du paysage désolé de sa mémoire."Très bien, dans ce cas, tu te nommera Joachim désormais"

Durant dix ans, il fut montré comme un monstre de foire à des badauds haineux, contraint par la faim et les coups à de pathétique tour de passe-passe jouant sur le vent. Mais le pire était le spectacle de la nuit. Dans une parodie de jeu du cirque, l'élémentaire était offert en pâture à des fauves excités au fouet. Son seul moyen de survie était de maintenir les animaux à distance suffisamment pour que le public se décide à l'épargner. Dans ces jeux, il s'était plus d'une fois retrouvé le dos collé au barreau... Il était alors pris entre deux feu, les fauves d'un côté, un public de plus en plus imbibé de l'autre. Régulièrement, le sylphe désespéré se jetait en avant, préférant la morsure des bêtes aux mains des humains. Au bout de dix ans, le cirque -car c'était un cirque- qui l'avait capturé était devenu sédentaire, et l'argent rentrait régulièrement, les gens venant de loin pour voir cet être vêtu de violet manipuler le vent.

De plus en plus souvent, "Joachim" était pris de mélancolie, et restait des jours entiers immobile, appuyé contre un mur de sa prison, à fixer le ciel, en pensant à ses voyages enivrants au dessus des flots. En vérité, un terrible tristesse le consumait, car plus le temps s'écoulait, plus il se sentait souillé et indigne de courser à nouveau le vent. Pour qu'il cesse De se morfondre, Logrein multipliait les coups, mais cela ne servait à rien, et il envisageait de se "séparer" de cet être qu'il trouvait, depuis le début, dérangeant. Maintenant qu'il ne rapportait plus d'argent, pourquoi le garder? Cependant, le livrer au fauves serai un erreur, le peuple n'était pas prêt pour voir un meurtre se commettre juste devant ses yeux avides de sensations fortes.

Non... Le Sylphe allait "s'échapper" durant la nuit... Il suffirait de se débarasser discrètement du corps. le soir ou il voulut mettre son plan à exécution, dans un dernier sursaut, Diliah, qui désormais, ne se rappelait plus de ce nom, mais seulement de celui qui lui avait été donné, dix années auparavant, s'enfuit vers la mer, pied nu dans la boue, déchirant son trop somptueux vêtement, ne pensant même pas à se débarrasser de l'épais velours qui l'entravait. Sa couse folle, aussi rapide que le vent, le mena au bord d'un falaise, surplombant la mer, noire et écumeuse. A l'instant où les hommes de mains arrivaient, il se jeta dans le vide, et fonça au ras des flots, vers le Nord.

Les Rps:
- Sur le sable, à l'aube...
- Dans une chambre de l'honorable maître Nain
-Une Belle Rencontre
-Douce Promenade
[un perso avec une histoire un peu... hum... Compliquée, j'avoue xD mais qui sera, je l'éspère, interressant à jouer Wink][Par contre, je sollicite humblement un peu d'aide pour l'enmener au comptoir, il en est incapable par lui-même, après toutes ses émotions ^_^""]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Sylphe] Diliah Leal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arakim Gorondo, Un nouvel homme
» Sylphe - Naesia
» Ulli Mildt, le sylphe rouge. [Finalisé]
» La Sylphe SARL
» [Théories] La Sylphe SARL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Archipel des Peuples Perdus :: (HJ) Organisation des jeux :: Fiches personnages-
Sauter vers: